Forum
photo

communiqué

visites

Réactions

  • Madame Martha Gates

    La dame de fer
    Le 15/02/2018 à 19:07:45

     

    La question des eaux vulcaniennes remonte à la Grande Guerre où il s’agissait d’un consensus (un peu forcé diront certains) entre le Royaume norrois et le Commonwealth, alors en pleine campagne militaire en Euromed, Sud-Aldésyl et Sud-Oceania, destiné à garantir la paix entre les deux nations, le Commonwealth étant bien plus intéréssé par la domination de l'océan austral, de ses nombreuses colonies et comptoirs commerciaux, que par les terres norroises. Ce compromis fut pris en considération par la plupart des autres puissances volcanienne, étant gage de paix sur le continent. Doit-on à ce sujet rappeler que le Volcania est probablement le continent le plus stable sur le dernier siècle ? Que l'OTEI nous puisse en dire temps des siens.

    Les eaux vulcaniennes n'ont jamais posé de soucis depuis la fin de la Grande Guerre et furent administré d’une façon très libre, aucune compagnie étrangère n’encourus jamais de risque de nationalisation… Dans les faits les eaux vulcaniennes ressemblent à n’importe quelles eaux internationales, excepté le fait que le Commonwealth ne tolérerait pas qu'elle deviennent le terrain de jeu de nations militaristes. Le royaume norrois a pu utiliser ses zones cotière comme bon lui semblait, même si avec le recul nous n'aurions pas du les laisser tranformer en zone minée. Une fermeture (seulement restreinte aux membres de l'OTEI pour rappel) des eaux vulcanienne n’avait pour l’heure jamais du été prise.

    Mais de quel droit une lointaine organisation se permet-elle dorénavant de dicter ce qui revient au Commonwealth et ce qui ne lui reviens pas, se manifestant de surcroit quand la situation l'en arrange ?!

    Le Commonwealth sera intraitable sur la question des eaux vulcanienne, héritage de son passé mercantile et colonial.



    Martha Gates,
    Chancelière du Commonwealth
    15 Février 2018

    Afficher son profil
de 1 à 1 sur 1