Saint Empire Constantin

Historique

Saint Empire Constantin

Drapeau du pays n°78
Force et Honneur

Informations

Date de création :  le 26/08/2013

Dernière mise à jour :  le 01/04/2024

Nombre de villes : 6

Population urbaine  : 33 372 385

Population rurale  : 2 735 404

Population totale : 36 107 789

Régime : Monarchie Impériale

Réalisé avec 

Situation 

situation du pays Saint Empire Constantin

Capitale : Constantinopolis,

Langues officielles : Constantin

Monnaie : Aigle d'argent

Saint Empire Constantin

La Constancie, en forme longue le Saint Empire Constantin ou Saint Empire, est un pays du continent volcanien, situé entre le Langeton, le Commonwealth of Volcania, la Médici et l’océan.

 La géographie du pays est variée. Il dispose de nombreuses plaines, forêts, montagnes et cours d’eau. Se trouve en son centre un lac d’eau douce profond d’une taille conséquente avec des connexions fluviales naturelles et artificielles vers l’océan : Le Grand Lac Constantin.

Le pays est assez densément peuplé avec une population d’environ 35 millions d’habitants. Ses plus grandes villes sont Zeroing City (dont l’aire urbaine est l’une des plus grandes du Monde GC), Aquilahelica, Constanta, Sanctus Petroleum, Nova Scotia et enfin sa capitale Constantinopolis.

 Les premières recherches archéologiques au XIXe siècle par le professeur Peter Flinders ont mis en lumière que la Constancie était peuplée avant la sédentarisation des Hommes par des tribus nomades réparties sur des territoires aux abords du Lac. Fondée à l’origine par le Premier Consul, puis Empereur Constantin Ier (Konstantinos en langue constantine), dirigeant de la Confédération Byzantienne (Byzantion), la Constancie a toujours connue des régimes autocratiques puis monarchiques. Son fondateur a d’ailleurs durablement marqué le développement de la culture constantine dont de nombreux aspects du pays ont été nommés de son vivant et a posteriori en son hommage.

 La Constancie moderne est une puissance commerciale, industrielle et agricole de première ordre mais avec une politique étrangère complexe en raison de son attachement à un régime autoritaire fort en décalage avec les nombreuses démocraties libérales des autres pays.

Le Saint Empire est une monarchie constitutionnelle placée sous l'égide d'un empereur, actuellement Marc Carter Ier. Il a pour capitale Constantinopolis, pour langues officielles le constantin ancien (notamment parlé par l’administration, le corps dirigeant et diplomatique) et le néo-constantin (qui est la langue simplifiée la plus couramment usitée). Sa monnaie en vigueur depuis la restauration de 1828 est l’Aigle d’Argent ($).

 

Communiqués

Titre Date  
Changements majeurs afin de résoudre l'instabilité Le 25/11/2017
Instabilité croissante dans l'est de la Constancie Le 26/09/2017
Réforme et reprise d'activité du pays. Le 17/04/2017
Évolution de la diplomatie internationale Le 23/02/2014
Discours et programme de 2014 Le 08/01/2014
L'Impératrice tirée d'affaire et les coupables de l'attentat Le 29/11/2013
Régence officialisée au Saint Empire Le 24/11/2013
L'Impératrice Laura victime d'une tentative d'assassinat Le 24/11/2013

de 1 à 8 sur 8

Diplomatie

Dirigeant

Marc                          Carter
Sa Majesté impériale

Marc Carter


Empereur
Biographie

Est Empereur du Saint Empire depuis le 23 Juin 2013.

Villes

  • Nova Scotia

    Population : 1 200 285

    Spécialité : Commerce, Industrie textile

    Ville créée par Uzil

    Visiter
  • Zeroing City

    Population : 27 450 000

    Spécialité : Industrie, Finances

    Ville créée par Uzil

    Visiter
  • Constanta

    Population : 357 850

    Spécialité : Commerce, Tourisme, Manufactures, Maritime

    Ville créée par Uzil

    Visiter
  • Constantinopolis

    Population : 1 250

    Spécialité : Culture, Religion

    Ville créée par Uzil

    Visiter
  • San Angeles

    Population : 256 000

    Spécialité : Commerce et tourisme

    Ville créée par Uzil

    Visiter
  • Aquilaheliaca

    Population : 4 107 000

    Spécialité : Industrie, culte

    Ville créée par Uzil

    Visiter

Géographie

Politique

Organisation institutionnelle

Pouvoir exécutif

L'Empereur est le chef de l’État et Grand Pontife de Sol Invictus. Il est pénalement et politiquement irresponsable devant les juridictions nationales.

Chef du pouvoir exécutif et figure principale de l’État, il représente le pays à l'étranger, commande légalement l'armée et promulgue les lois élaborées par le gouvernement et par le Sénat. Il dispose conjointement avec le gouvernement d’un pouvoir de proposition de loi.

Il est également à noter que l’Empereur dispose d’un droit de veto à l’encontre des projets de lois votés par le Sénat. Mais bien que cette prérogative soit prévue par la Constitution de 1828, elle n’a encore jamais été mise en œuvre en raison de son potentiel politique imprévisible.

 

L’Empereur nomme un chef de gouvernement issu de la majorité sénatoriale : Le Ministre d’Empire.

Nommé jusqu’au prochain renouvellement du Sénat, désavoué par celui-ci ou sur dépôt de sa démission, il doit obligatoirement avoir effectué un premier mandat complet de sénateur pour être candidat à ce poste.

Contrairement au chef de l’État, le Ministre d’Empire est pénalement responsable de ses actes devant les juridictions nationales hormis les actes effectués dans le cadre de ses fonctions.

Il a également pour charge de nommer et gérer un gouvernement composé de ministres.

Ils peuvent être remerciés à tout moment par le chef du gouvernement.

Les ministres peuvent choisir jusqu’à un maximum de 5 conseillers pour le seconder dans la poursuite des politiques attachées à leur ministère.

Le gouvernement se divise en 5 ministères distincts qui élaborent des projets de lois qui doivent être approuvés par le Sénat puis promulgués par l'Empereur sauf s’il utilise son droit de veto ou use d’un recours au référendum.

Le ministère de l’Ordre

Il est chargé du maintien de l’ordre public, de la communication et des médias. Le ministre est le supérieur hiérarchique direct des préfets et l’interlocuteur privilégié des gouverneurs de province.

Le ministère dispose d'un droit de censure sur les médias et sur les modes de communication s'il démontre que cela est dans l'intérêt de la nation. Il est également à la tête du département de l'espionnage du pays conjointement avec le ministre de la Guerre.

Le ministère de l’Économie et de l’International

Il est chargé de la politique économique de la nation, de l'industrie et des relations diplomatiques à l'international.

Le ministre est le supérieur direct des légats installés dans les différentes ambassades de l’Empire à travers le monde Gécée.

Le ministère de la Guerre

Le ministre est responsable des armées devant l'Empereur et est son conseiller militaire personnel.

Il veille à la sécurité de la nation contre les menaces extérieures. Il travaille conjointement avec le ministère de la Sécurité pour le portefeuille de l’espionnage.

Contrairement aux autres ministres, le ministre de la Guerre n'est pas un membre du Sénat mais un militaire de carrière, choisi directement par le Ministre d’Empire sur proposition de l'Empereur pour une durée indéterminée.

Le ministère de la Santé Publique

Il est responsable de la politique sanitaire du pays. Il veille à la bonne gestion des hôpitaux, des laboratoires de recherche, des personnels de santé et à éviter la propagation des pandémies.

Le ministère du Savoir

Il est responsable des secteurs éducatifs, culturels et religieux de la nation.

Le ministère élabore les programmes éducatifs des écoles, des collèges, des lycées et des universités publiques de l'Empire, il a également un droit de regard sur les programmes élaborés dans les établissements privés.

Il est également Vice-Pontifex et préside de fait le collègue des pontifes rassemblant les chefs religieux de la religion d’État.

Pouvoir législatif – Le Sénat

Le Sénat est le détenteur du pouvoir législatif, il vote ou rejette les projets de lois soumis par le gouvernement. Il peut également proposer des lois.

Chambre unique parlementaire composée de 750 sénateurs, il est renouvelé intégralement tous les 7 ans par un suffrage proportionnel direct à tour unique.

 

Forces Armées

Le Saint Empire dispose de la force de frappe nucléaire depuis 1948 et d'une force armée comprenant environ 525.000 soldats répartis en 3 secteurs.

Armée terrestre

Forte d’environ 300.000 soldats, elle se voit confier la lourde tâche de défendre jour et nuit le territoire terrestre de l'Empire.

Les véhicules blindés prennent une place prépondérante dans la constitution des forces armées terrestres avec le char lourd Type 10 équipé du canon lourd IDS de 150mm à haute vélocité fabriqué par l’entreprise IDS. Il est conçu pour engager et détruire tout blindé ennemi frontalement à une distance minimale de 2.000 mètres.

L’armée terrestre dispose également depuis quelques années des nouveaux prototypes d'IDS Corporation, surnommés les "Méga-Tanks", ils disposent de 5 canons de 280mm disposés sur des tourelles autonomes. Au nombre de 5, ces prototypes peuvent mouvoir leur poids exceptionnel de 800 tonnes grâce à des moteurs à pile avec combustible fissible. Ils disposent de fait d’une excellente autonomie mais garde une vitesse limitée et ne peuvent naturellement franchir aucun pont. Ce point n’est cependant pas un lourd handicap de par leur conception amphibie. Conçue comme une arme de défense irréfragable pour les zones vitales, ils peuvent renverser le cours d'une bataille lorsque les forces armées sont mis en difficulté face à une place forte comme ce fut le cas lors de l’offensive contre-terroriste menée conjointement avec le Queensland et le Peacksburg.

L'armée terrestre dispose également de nombreux régiments d'artillerie divisés en 4 secteurs, l'artillerie classique (Artillerie auto-tractée à obusiers de 210mm), l'artillerie à longue portée polyvalente (batteries de lance-roquettes mécanisées), l'artillerie anti-air (missiles AA) et l'artillerie anti-char (canons auto-tractés lourds IDS de 170mm à vélocité hypersonique).

Aéronavale

Sa branche aérienne est composée est d’environ 50.000 effectifs avec 750 avions de supériorité aérienne, 65 bombardiers tactiques et 550 hélicoptères de combat et de transport de troupes.

Sa branche maritime est estimée à 150.000 effectifs.

Elle dispose de 15 croiseurs lance-missiles, de destroyers furtifs, 5 porte-avions, 20 sous-marins atomiques et 8 cuirassés de seconde génération. Ces cuirassés de nouvelle génération conçus par l’entreprise IDS sont équipés de canons de 410mm à très longue portée et ont la faculté de passer en immersion afin d'échapper aux tirs de contre-batterie ou à l’aviation. Utilisant des obus et non des missiles, ils ont ainsi l’avantage d’utiliser des munitions qui ne peuvent subir de contre-mesures.

Un vaste port militaire se trouve près de Zeroing City et abrite le quartier général opérationnel de l’aéronavale.

 

Histoire

  • illustration Bataille de Torrence et pacte de non agression
    Période du 01 Mars 1750 au 01 Septembre 1750 :

    Bataille de Torrence et pacte de non agression

    icone La Révolution Industrielle
    icone Guerres et conflits armés

    Description : La bataille de Torrence et le pacte de non agression va marquer le début d'une alliance irréfragable entre les nations Queenslandaises et Constantines.

    Consulter

 

Histoire

La Constancie est un État très ancien du Continent Volcanien (emplacement 18) qui a émergé pendant l'antiquité et a connu plusieurs régimes différents mais tous à tendance autocratique ou monarchique.

Des tribus nomades (-8.000) à l’Empire Constantin (Xe siècle)

Peuplé à l’origine par des tribus nomades, les premiers Hommes se sont sédentarisés autour du Lac Constantin (alors appelé simplement Mer Intérieure ou Mesogeios thalassa) avec la découverte de l’agriculture et de l’exploitation des premiers minerais. Un groupement de population s’est distingué avec la tribu de Byzas qui fonda Byzantion. Cette Cité-État ne tarda pas à gagner en importance avec une élite intellectuelle et militaire largement supérieure aux autres cités voisines. Forte de ses gisements miniers et de pâturages équestres ainsi que de généraux compétents, l’armée byzantienne, composée majoritairement de piquiers et de cavalerie lourde, entreprit avec succès la soumission des autres cités qui furent incorporées dans une Alliance Byzantienne où tous les pouvoirs étaient concentrés à Byzantion.

 

Celle-ci fut cependant victime d’une révolte interne avec un soulèvement généralisé des cités soumises, fatiguées de payer un tribut annuel à Byzantion. Elles levèrent alors des troupes qui se coalisèrent pour marcher sur la capitale. Celle-ci fut en partie incendiée pendant le siège mais le général Philippos détruisit intégralement l’armée coalisée certes très largement supérieure en nombre mais composée uniquement de lanciers légers, totalement impuissants face à de puissantes phalanges entraînées et armées de boucliers de bronze et de longues piques. Les cités, de peur de subir le courroux du général victorieux, envoyèrent très rapidement des émissaires pour renouveler leur soumission, qui cette fois fut totale. Le Premier Consul de l’Alliance étant mort pendant le siège, Philippos fut pressenti pour devenir le chef de l’Alliance. Mais se reconnaissant lui-même comme trop âgé pour gouverner en ces temps difficiles, il nomma proposa son dernier fils encore vivant, Konstantinos, comme Premier Consul ce que le Sénat approuva unanimement.

Conscient que Byzantion, à moitié en ruine, pouvait à nouveau être victime d’une tentative de siège en raison de sa topographie très exposée, le jeune consul décida rapidement l’établissement d’une nouvelle capitale qui portera son nom : Constantinopolis. Son emplacement a en effet été choisi pour répondre à différents critères : accès direct au Lac Constantin, des collines nombreuses notamment pour les places fortes et des bras fluviaux pour verrouiller les positions clés de la ville. La nouvelle capitale fut bâtie très rapidement grâce aux riches carrières situées à proximité et ne tarda pas à recevoir les premiers bâtiments officiels.

Fort de sa nouvelle capitale qui gagna rapidement la réputation d’être imprenable, il prit la décision de concentrer les pouvoirs, non plus autour du volatile Sénat de l’Alliance mais de sa personne, il fonda ainsi l’Empire Constantin. Afin de stabiliser et de pérenniser son empire naissant, il entreprit la construction de nombreux édifices aussi bien dans la nouvelle capitale que dans les autres villes qui s’étaient jadis rebellées. Routes, aqueduc, casernes, marchés, thermes, relais de poste furent rapidement standardisées dans les villes qui perdirent toute forme d’autonomie pour constituer des éléments à part entière de ce nouvel État.

À sa mort à un âge avancé, Constantin Ier qui fut divinisé au Panthéon de Constantinopolis, laissa les bases d’un Empire qui perdurera pendant des siècles, malgré plusieurs guerres civiles qui secoueront l’État lorsque les successions impériales furent contestées. Bien que l’Empire fut chanceux d’avoir de nombreux empereurs compétents, tous reconnaîtront Constantin Ier comme le plus talentueux d’entre eux et multiplieront les hommages à son règne (dont le renvoi fréquent à son nom dans la culture constantine).

La disgrâce de l’Empire et la naissance de la royauté féodale

Cet Empire connut cependant un rapide déclin vers le VIIIe siècle qui se traduira au Xe siècle par sa chute interne. En effet, les incursions répétées de tribus nomades voulant s’installer dans les terres impériales étaient de plus en plus difficilement repoussées par une armée incapable de renouveler ses tactiques militaires. De plus, les révoltes d’esclaves devenaient de plus en plus difficiles à mater et des villes étaient régulièrement assiégées par des groupements d’esclaves rebelles. Face à ces évènements et des empereurs devenus déconnectés de la gestion de l’Empire, des aristocraties locales s’imposèrent pour imposer l’ordre dans les villes et les campagnes. Sapé de son autorité, le dernier empereur fut déposé en 983 par une coalition de familles nobles désormais mieux armées et plus riche que l’Empire lui-même.

Ces familles élurent alors un chef, non plus un empereur qui concentrerait tous les pouvoirs, mais un souverain qui devrait respecter une charte reconnaissant les droits et devoirs de l’aristocratie. Icare Ier fut élu le premier roi du Royaume de Constancie, succédant ainsi à un empire millénaire.

Ce Royaume entrepris avec ses dirigeants successifs, qui ne tardèrent pas à rétablir le caractère monarchique de leur pouvoir tout en respectant la charte royale, des changements majeurs. L’esclavage fut notamment aboli au profit d’une classe roturière tantôt paysanne ou communale. Les armées furent placées sous l’autorité directe des familles dirigeant des comtés, familles devant elles-mêmes prêter allégeance au roi à l’issue de son couronnement.

De nombreuses avancées technologiques furent découvertes grâce à la concurrence entre les familles et les contacts extérieurs avec notamment la poudre noire dès le XIVe siècle mais dont l’usage militaire fut strictement encadré jusqu’au XVIe siècle avant le développement des premières arquebuses.

Au XVIIIe siècle, fort de ses nouveaux régiments de fusiliers et de batteries de 12 livres, Jack II dit le Pillard déclara la guerre au Queensland pour assurer la suprématie de la Constancie sur le territoire Volcanien face à cette nouvelle puissance contre l’avis de son état-major qui estimait que les troupes étaient trop peu préparées à des tactiques offensives en territoire mal cartographié. Les craintes de l’état-major se confirmèrent rapidement : Le terrain queenslandais était méconnu des officiers qui n’arrivaient pas à exécuter les manœuvres farfelues du roi qui tenait à diriger lui-même ses armées alors qu’il n’avait aucune expérience militaire. L’expédition se transforma rapidement en débâcle lors de la lourde défaite du 11 mars 1750 où les troupes constantines durent battre en retraite à Torrence devant l’impossibilité de percer les batteries d’artillerie queenslandaises bien organisées et face au danger d’anéantissement que représentait une charge de cavalerie lourde ennemie. Fortes de cette résistance, les troupes queenslandaises menées par le Prince Ramius d'Astor entamèrent une poursuite de l’armée constantine en déroute. Jack II, totalement discrédité, rendit avec dépit le commandement de l’armée à son chef d’état-major pour organiser la défense du reste du corps armé.

Les troupes constantines, remotivées et dirigées correctement par des généraux compétents, repoussèrent les troupes queenslandaises qui s’avancèrent trop près des nouvelles batteries de 12 livres crachant leur mitraille meurtrière lors de la contre-offensive. Le corps queenslandais, privé de son chef tombé lors de l’attaque et trop affaibli par cette attaque pour poursuivre son offensive, envoya des émissaires au camp constantin. Rapidement, le traité de paix initialement rédigé se transforma en traité d’assistance mutuelle sur la volonté des 2 souverains, soucieux d’éviter de potentielles rivalités futures pouvant mener à des guerres meurtrières et vaines. Le pacte de Torrence, signé dans la citadelle du même nom le 11 septembre 1750, de part le mariage de Philippe de Natsukan avec la Princesse d’Astor scella une coopération entre les 2 nations qui demeure toujours intacte jusqu’à aujourd’hui.

Cependant cette guerre avec le Queensland masque une autre réalité : Jack II, poussé par ses conseillers personnels, souhaitait réaliser des conquêtes rapides pour revitaliser son régime en perte continue de vitesse : Le royaume stagnait dangereusement depuis le XVIe et cet échec militaire confirma la stagnation de la Constancie.

La révolution de 1828 et le retour de l’Empire

Cette stagnation poussa à la révolution de 1828 où Alexis II, las des principes féodaux totalement obsolètes et au retard technologique catastrophique du pays face aux puissances étrangères, renia la Charte Royale et repris le titre impérial, laissé vacant depuis près d’un millénaire. Cet acte déclencha une guerre civile des grandes familles aristocratiques, attachées à la Charte et à leur pouvoir. Cette guerre commença en défaveur des loyalistes de l’Empereur largement inférieurs en nombre avant de tourner rapidement à leur avantage grâce aux armes modernes fournies par le Queensland. En moins d’un an, les armées impériales, armées de fusils à répétition et d’artillerie, mirent en échec toutes les armées royalistes encore armées de mousquets et de batteries datant du conflit avec le Queensland. Pour éviter leur anéantissement, les grandes familles cessèrent rapidement les hostilités et prêtèrent allégeance à la couronne impériale.

L’Empereur Alexis II, profondément croyant, associa le culte ancien de Sol Invictus tombé en désuétude au Xe siècle à son régime et fonda le Saint-Empire Constantin. Cette volonté de restaurer le culte ancien a permis de cimenter la nation autour de valeurs partagées autrefois et qui bénéficiaient d’une aura considérable : En effet, la population soutenait la fin de la royauté qui les laissait dans une misère sociale très prononcée dans les quartiers populaires des villes ainsi que dans les campagnes. Les plus radicaux opposants à la royauté ont tenté d’influencer la population pour l’établissement d’un gouvernement inédit de type républicain. Ces tentatives resteront cependant sans succès face au charisme fédérateur du nouvel empereur, qui usa également d’un savant réseau de propagande vantant ses futures réformes et discréditant les républicains.

Ces réformes furent par ailleurs titanesques : en l’espace de 50 ans, la Constancie passa en 1830 d’un royaume quasiment féodal à une puissance industrielle à même de rivaliser avec les plus grandes puissances du monde Gécée à l’aube du XXe siècle. Cette renaissance pu être réalisée grâce à une réforme totale du système constantin qui s’ouvra à de nombreux intellectuels et investisseurs étrangers changeant son approche vers le modèle capitaliste. C’est d’ailleurs dans cette seconde moitié du XIXe siècle que les côtes orientales de la Constancie furent réellement colonisées. Chassant les colons deltans s’étant installés imprudemment sur les côtes, une véritable ruée vers l’est s’est effectuée. Les villes de Zeroing City et d’Aquilaheliaca furent notamment fondées suite à cette ruée, et dépassèrent rapidement Constantinopolis, qui finit par perdre son statut de capitale en 1879 lors du grave tremblement de terre qui engendra la destruction d’une majeure partie de la ville au profit de Zeroing City qui rassemblait déjà plus de 500.000 habitants et connut ses gratte-ciels avant le passage au XXe siècle.

Pendant le XXe siècle, le développement du pays continua rapidement et fut en phase avec les évolutions mondiales. Le régime connut une libéralisation dès 1923 sous l’impulsion de Manuel Ier avec l’augmentation des prérogatives du Sénat impérial qui pouvait désormais voter les lois au lieu de ne donner qu’un avis consultatif. L’Empereur gardait cependant un droit de veto mais ne l’usa jamais jusqu’à aujourd’hui, préférant la culture du dialogue avec les commissions sénatoriales ou le recours au référendum en cas de conflit avec l’organe législatif.

Au XXIe siècle, avec l’arrivée au pouvoir de Marc Carter Ier, l’Empire reste une puissance économique, industrielle et agricole de premier plan mais doit relever de nombreux défis :

  • La Constancie n’a jamais su se défaire d’une importante criminalité dans les centres urbains, notamment à Zeroing City où des guerres des gangs se sont produites jusque dans les années 2000. Celle-ci est en baisse constante depuis l’intronisation de Marc Carter grâce à l’augmentation des moyens alloués aux forces de police impériales et municipales ainsi qu’à la justice mais reste encore à des niveaux élevés.

  • Une instabilité structurelle entre les « 2 Constancies » : l’est, plus riche et ouvert vers le monde contre l’ouest, plus rural et culturellement attaché à son identité pluri-millénaire. L’Empereur Marc Carter Ier donna plus de liberté dans la gestion des provinces de l’ouest aux gouverneurs et rétablit Constantinopolis dans son titre de capitale impériale, avec pour objectif de la développer à nouveau et asseoir l’autorité de la cour dans un secteur de plus en plus hostile.

  • Les pressions extérieures jugeant avec appréhension l’aspect autoritaire du régime et son approche militariste de la gestion politique mondiale à l’heure du multilatéralisme.

 

 

 

 

 

Économie

Balance totale des ressources

  • icone Budget

    Budget
    33 928

  • icone Industrie

    Industrie
    2 170

  • icone Commerce

    Commerce
    1 491

  • icone Agriculture

    Agriculture
    38 121

  • icone Tourisme

    Tourisme
    159

  • icone Recherche

    Recherche
    1 050

  • icone Environnement

    Environnement
    -3 499

  • icone Education

    Éducation
    572

Balance des ressources issues des villes du pays

budget 42 850
commerce 795
industrie 780
agriculture -355
tourisme 110
recherche 50
environnement -350
education 60

Balance des ressources issues des infrastructures du pays

budget 0
commerce 0
industrie 0
agriculture 0
tourisme 0
recherche 0
environnement 0
education 0

Balance des ressources issues des organisations dont fait partie le pays

budget 0
commerce 0
industrie 0
agriculture 0
tourisme 0
recherche 0
environnement 0
education 0

Balance des ressources issues du roleplay

budget 0
commerce 0
industrie 0
agriculture 0
tourisme 0
recherche 0
environnement 0
education 0

Balance des ressources issues de la carte

budget -8 922
commerce 696
industrie 1 390
agriculture 38 476
tourisme 49
recherche 1 000
environnement -3 149
education 512

 

Énergies

La Constancie est un producteur net d’énergie et est reliée à ses voisins pour en vendre les excédants.

L’électricité fut longtemps produite entre un mix d’énergies fossiles telles que le charbon dès le milieu du XIXe siècle et le fuel à la fin de celui-ci.

 

Au fur et à mesure des évolutions technologiques et politiques, la balance des sources d’énergies s’est mise à pencher vers le nucléaire (72%) et l’hydroélectricité (12%). La biomasse (10%) quant à elle fait une percée importante depuis le début des années 2000 afin de devenir la première source d’électricité pilotable du mix énergétique. Le gaz en revanche est assez peu utilisé car la Constancie est dépourvue de gisement dans son sous-sol et est contraint de l’importer via des connexions avec le Queensland qui dispose de ressources importantes. Cependant la généralisation des procédés de méthanisation des résidus alimentaires et agricoles offre depuis peu une nouvelle perspective de production de gaz rentable et pérenne et permet une hausse perceptible de revenu pour les exploitants ruraux.

Il est également à noter que les énergies éoliennes et photovoltaïques sont absentes du mix énergétiques depuis 2019, leur implantation a été initiée par les grandes compagnies à la fin des années 1990 mais les dernières centrales ont été démantelées en raison du manque de compétitivité par rapport aux autres énergies et de la volonté du gouvernement de ne pas subventionner ce secteur conformément à sa politique libérale.

Visites

  • Notre Guide supr Flintheart Balthazar Halotime

    Eastasia · Big HaloBrother de EastAsia
    Le 03/11/2013 à 19:18

    ¨Gloire à vous, Auguste Empereur. Je suis le Grand frère Halo (big halobrother), leader de Eastasia. Par la présente je vous adresse l'expression de ma plus profonde sympathie. Entre despotes, euh dirigeants éclairés on se comprends forcément.

    J'attends votre visite à Kalos pour qu'on aborde le sujet de la politique étrangère. Vous pouvez déjà éditer votre carte diplomatique et à la place de l'illuminé haineux, dirigeant de la "dictature démocratique", mettre EastAsia en nation soeur.

    En attendant de vos nouvelles,

    Bien à vous

     

    F.B Halotime, Big HaloBrother d'Eastasia

     

  • Monsieur Franco Miles

    Union des Colonies du Redland · Repr
    Le 01/11/2013 à 10:13

    Votre majesté impériale,

     

    Il semblerait qu'en raison de la crise Overgreen, notre relation soit partie du mauvais pied.

    En revanche, depuis cet incident, votre pays n'a montré aucun signe d'instabilité, et vous êtes toujours resté fidèle à votre ligne de conduite. Ce sont les caractéristiques essentielles que nous recherchons chez nos partenaires.

    Aussi, si vous le souhaitez, nous sommes prêts à reprendre les négociations avec votre pays.

    Nous pourrions trouver une solution plus pacifique pour votre problème avec une certaine catégorie de population, et nous pourrions mettre fin aux tensions entre nos deux pays.

     

    Nous nous tenons à votre disposition si vous shouaitez une rencontre.

     

    Franco Miles, Représentant du Redland et porte parole d'Airpur Corp.

  • Monsieur Alexander Granburry

    Royaume du Lancaster · Premier ministre
    Le 18/09/2013 à 20:20

    au moin, je vois que je suis pas le seul qui pollue dans ce beau monde ^^

     

    notre premier ministre souhaite vous rencontrée dans notre ville la plus pollué..... Lancatser! pour une rencontre pour le commerce et la diplomatie entre nos deux pays.

  • Monsieur Jean Marcham

    Brocélia · Président
    Le 18/09/2013 à 19:34

    Votre nation n'autorise qu'un seul parti ? Rejette et condamne l'écologie. Prône le nucléaire, le charbon et la pollution ? Votre Gouvernement n'a aucune éthique !

  • Monsieur Franco Miles

    Union des Colonies du Redland · Repr
    Le 07/09/2013 à 20:46

    Votre majetsée,

     

    Nous souhaiterions vous inviter au Redland à une date qui vous conviendra afin d'établir des relations dans notre pays.

    Nous le disons franchement, nous souhaitons savoir si vous présentez une menace pour le Redland ou Airpur Corporation.

     

    Nous esperons que cette rencontre sera l'occasion de dissiper nos craintre et d'établir des contrats entre Airpur Corp et IDS Corp.

     

    Nous esperons que vous répondrez favorablement à cette invitation.

     

    Cordialement,

     

    Franco Miles, au nom de la Haute Autorité Coloniale du Redland.

de 1 à 5 sur 5