Gallia

« Ni Dieu ni maître »

Note des juges : B+
Drapeau du pays n°48

Informations : 

Date de création :  le 28/05/2013

Dernière mise à jour :  le 18/12/2015 à 16:28:55

Nombre de villes : 8

Population urbaine  : 23 459 763 habitants

Population rurale  : 0 habitants

Population totale : 23 459 763 habitants

Régime : République constitutionnelle unitaire

Réalisé avec : 

situation du pays Gallia

Situation : 

Capitale : Paname

Langues officielles : Français

Monnaie : Euro

Diplomatie

Cuco

Cuco

Dirigeant du pays :

Monsieur

Président de la République gallienne

Groupes politiques

icone Monde GC démocratique
icone Org. Mondiale pour la Paix
icone Fédération de l'ACTES
icone A.S.N.I.

Communiqués

Titre Date  
Politique de soutien à la croissance économique Le 15/01/2017 à 18:28:43
Voeux présidentiels Le 01/01/2017 à 17:43:49
Evènements en Aurinéa: loi sur la neutralité Le 24/12/2016 à 12:38:25
Gallia rappelle ses ambassadeurs en Aurinéa Le 22/12/2016 à 19:06:57
Incidents en Aurinéa Le 19/12/2016 à 22:41:24
Légalisation du suicide assisté Le 23/10/2015 à 21:41:47
Campagne mondiale pour l’abolition universelle de la peine de mort Le 15/05/2015 à 11:54:47
Réception du candidat républicain sunrisien à l'Elysée Le 01/04/2015 à 20:30:56
Déclaration conjointe à l'occasion du sommet gallo-ONN Le 01/03/2015 à 20:51:51
Décès de Mr le Président de la République Fédérale du Sunrise Freddy Howard Le 17/02/2015 à 20:38:08

de 1 à 10 sur 38

Présentation

Gallia, en forme longue la République Gallienne, est une république constitutionnelle unitaire ayant un régime parlementaire à tendance présidentielle, située en Philicie et partageant ses frontières avec le Sunrise, l'Australia, l'Helvenie, et l’océan Atlantide. Elle couvre une superficie de 31.950 km² et comptait 24,5 millions d'habitants en 2013.

Elle a pour capitale Paname, et pour langue officielle le français. Ses habitants sont les Galliens.

Sa devise est « Ni Dieu ni maître ».

Son principe est « le gouvernement du peuple, par le peuple et pour le peuple ».

Gallia est un pays ancien, formé dès l’antiquité. Elle joue un rôle important dans l’histoire mondiale malgré sa taille par l’influence de sa culture et de ses valeurs démocratiques, laïques et républicaines.

Gallia a le dixième plus important produit intérieur brut au monde. Son économie, de type capitaliste avec une intervention étatique assez forte, fait d’elle un des leaders mondiaux dans les secteurs de l’agroalimentaire, de l’aéronautique, de l’automobile, des produits de luxe, et du tourisme.

Gallia est un pays développé, avec un indice de développement humain très élevé.

Liste des villes

  • Montclair

    Dernière mise à jour : le 18/12/2015

    Population : 155 637 habitants

    Spécialité : Tourisme (sports d'hiver)

    Visiter
  • Derry

    Dernière mise à jour : le 18/12/2015

    Population : 1 197 816 habitants

    Spécialité : industries p

    Visiter
  • Pyk

    Dernière mise à jour : le 18/12/2015

    Population : 47 419 habitants

    Spécialité : Tourisme rural et artisanat

    Visiter
  • Caprica

    Dernière mise à jour : le 18/12/2015

    Population : 8 175 133 habitants

    Spécialité : Ville-monde

    Visiter
  • Almadraba

    Dernière mise à jour : le 18/12/2015

    Population : 1 715 096 habitants

    Spécialité : Tourisme baln

    Visiter
  • Amphoria

    Dernière mise à jour : le 14/12/2015

    Population : 72 991 habitants

    Spécialité : Tourisme de masse

    Visiter
  • Longsanglot

    Dernière mise à jour : le 29/11/2015

    Population : 95 671 habitants

    Spécialité : Tourisme gastronomique, culturel et baln

    Visiter
  • Paname

    Dernière mise à jour : le 06/04/2015

    Population : 12 000 000 habitants

    Spécialité : Art, luxe et culture

    Visiter

Géographie

Politique

Depuis le 21 septembre 1792, date de la proclamation de l'abolition de la royauté, Gallia est une République, à dominante parlementaire, définie par les lois constitutionnelles de 1875.

L’institution des grandes libertés, ainsi que celle entre 1879 et 1885 de l’école obligatoire, gratuite et laïque ont notamment permis d’enraciner la République dans les mentalités.

Organigramme de la République gallienne :

 

Les droits de l’Homme : une priorité de la politique étrangère de la République Gallienne

"Gallia veut être exemplaire, non pas pour faire la leçon mais parce que c’est son histoire, c’est son message. Exemplaire pour porter les libertés fondamentales, c’est son combat, c’est aussi son honneur."
Le Président de la République Gallienne 

Les droits de l’Homme sont définis comme les droits inaliénables de tous les êtres humains, quels que soient leur nationalité, lieu de résidence, sexe, origine ethnique ou nationale, couleur, religion, langue ou toute autre condition et recouvrent de nombreuses thématiques.

La protection des droits de l’Homme, tels que consacrés dans la Déclaration universelle des droits de l’Homme, se situe au centre des travaux du Ministère des Affaires Etrangères de Gallia qui rappelle que ces droits sont universels, indissociables, interdépendants et intimement liés. Ces droits font partie des valeurs fondatrices de la République gallienne comme cela a été proclamé dans le préambule de notre Constitution. Leur respect est au cœur de l’exercice de la démocratie à Gallia et de notre engagement au sein de l’Union philicienne et des organisations internationales.

Cet engagement se traduit par des actions sur le plan politique et diplomatique au niveau national, philicien et gécéen et se conjugue avec des actions de coopération et de soutien sur des thématiques prioritaires.

La République Gallienne est particulièrement engagée sur plusieurs thématiques : l’abolition universelle de la peine de mort, la lutte contre l’impunité, les détentions arbitraires et les disparitions forcées, le respect des droits des femmes, la lutte contre l’enrôlement d’enfants-soldats ainsi que la lutte contre les discriminations fondées sur l’orientation sexuelle et l’identité de genre. Ces projets sont conduits en partenariat avec la communauté internationale, les organisations internationales ainsi qu’avec les ONG galliennes ou étrangères.

Au-delà de ces thématiques, la diplomatie gallienne s’attache à combattre par son action, dans les enceintes multilatérales et dans le cadre de ses relations bilatérales, les violations des droits de l’Homme partout où elles sont commises. 

Histoire

L'occupation humaine du territoire correspondant aujourd'hui à la République de Gallia est fort ancienne. 

Aux groupes présents depuis le Paléolithique et le Néolithique sont venues s'ajouter des vagues de peuplement successives composées de Celtes, de peuples teutons et deltans.

À partir du début du second millénaire, c'est la monarchie gallienne qui construit l'unité territoriale du royaume de Gallia

Avec la Révolution du 17 juin 1789 se constitue la première unité politique se réclamant du peuple gallien. C'est l'acte de naissance de l'Etat actuel. 

La période contemporaine est marquée par des efforts d'unification linguistique et culturelle, par un enrichissement du pays et par une immigration venant de l'ensemble du monde gécéen.

Préhistoire, Protohistoire et Antiquité

La présence humaine sur le territoire de la République gallienne actuelle remonte au Paléolithique inférieur ; les traces les plus anciennes de vie humaine datent d’il y a environ 1 800 000 ans. L’homme est alors confronté à un climat rude et variable, marqué par plusieurs ères glaciaires qui modifient son cadre de vie. Gallia compte un nombre important de grottes ornées du Paléolithique supérieur.

Vers -10 000, à la fin de la dernière ère glaciaire, le climat s’adoucit. À partir de -7 000 environ, cette partie de la Philicie orientale entre dans le Néolithique et ses habitants se sédentarisent, même si l’évolution est différente selon les régions. Après un fort développement démographique et agricole aux IVe et IIIe millénaires, la métallurgie fait son apparition à la fin du IIIe millénaire, d’abord avec le travail de l’or, du cuivre et du bronze, puis avec celui du fer au viiie siècle.

En -600, des Génétiens originaires d’Aurinéa fondent la ville portuaire d’Almadraba ; à la même époque, quelques peuples celtes pénètrent dans le territoire de la Gallia actuelle, mais cette occupation ne se généralise à la totalité de ce territoire qu’entre les Ve et IIIe siècles av. l’ère commune. La notion de Gallia apparaît alors ; elle correspond aux territoires de peuplement celte, avec lesquels le comptoir d’Almadraba a noué de profondes relations commerciales. Gallia est alors un pays prospère, dont la partie méridionale est de plus en plus soumise aux influences deltanes et génétiennes.

De nombreuses villes, conçues à l’image des villes aurinéennes, sont fondées durant la période antique, dont Paname, appelée à être la capitale de la Gallia actuelle. Les religions aurinéennes se superposent aux cultes galliens sans les faire disparaître, les divinités se confondant peu à peu dans un même syncrétisme.

Il n’y a cependant pas à proprement parler d’unité politique de ce territoire à cette époque : le mot Gallia correspond à une aire culturelle et militaire fondée sur une centralité religieuse et des fédérations de peuples alliés ou tributaires qui se comprenaient et se donnaient une origine commune, ainsi que le montrent les commentaires de l'antiquité et du haut Moyen Âge. Le nom « Galliens » ne désigne pas les individus habitants de ce territoire, mais les diverses cités unies par un statut d'allié, de tributaire ou d'invité (pour les peuples ou les éléments de peuples étrangers formant une colonie ou bénéficiant d'un traité d'hospitalité).

Le Royaume de Gallia au Moyen Âge

La fusion des héritages gallo-deltans, des apports celtes et génétiens déjà réalisées durant l’antiquité a permis au chef deltan Clodette Ier de facilement consolider sa conquête de Gallia en 931.

En 987, son petit-fils Hugues Clapet est élu roi de Gallia ; la monarchie devient héréditaire, et les Clapétiens règneront sur Gallia pendant plus de 800 ans. Si dans un premier temps ceux-ci restent profondément liés à l’empire deltan, à partir du XIIe siècle, le pouvoir royal commence à s’affirmer face aux princes d’Aurinéa.

Le royaume clapétien atteint un apogée au XIIIe siècle, et l’art et la culture deltans galliennisés s’affirment en Philicie. 

Le XIVe et la première moitié du XVe siècle voient Gallia plonger dans une crise grave, dont les expressions sont multiples ; à un problème de succession à la tête du Royaume de Gallia, qui ravage le pays, va s’ajouter une crise démographique — la peste noire tue à partir de 1347 au moins un tiers de la population du royaume —, sociale — les insurrections paysannes et urbaines se multiplient —, économique et religieuse. Mais la monarchie, si elle est également touchée par cette crise, n’en sort que renforcée : le pouvoir central, qui s’est définitivement installé à Paname, se dote de nouvelles institutions et met en place une armée et un impôt permanents.

Indépendance et Monarchisme (XVIe-XVIIIe siècle)

À partir de 1494, les souverains galliens mènent de multiples guerres contre l’empire deltan aurinéen, duquel ils s’estiment indépendants. Leurs règnes sont aussi marqués par un renforcement du pouvoir royal, qui tend à devenir absolu, et par une Renaissance littéraire et artistique. En 1539, le français devient officiellement la langue administrative et judiciaire du Royaume. Mais l’unité de Gallia autour de la personne du roi est bousculée dans la deuxième moitié du XVIe siècle par une tentative de reconquête de l’empire deltan, qui échouera de justesse, et par une crise économique. Leo XIII (1610-1643), malgré la situation financière critique de la monarchie, doit faire face à l’opposition de souverains deltans soucieux de reprendre leurs anciens pouvoirs, et mènera plusieurs guerres victorieuses à l’issue desquelles toute prétention aurinéenne sur Gallia aura pris fin.

A sa suite, Leo XIV affirme plus que jamais le caractère absolu de son pouvoir, s’entoure d’artistes et de savants, et fait construire un réseau de villes fortifiées aux frontières du Royaume.

S’ensuit une nouvelle période de paix en Gallia qui connaît une forte vitalité démographique, économique — la croissance de la production agricole s’accompagne d’une proto-industrialisation, notamment dans le secteur textile — et surtout intellectuelle et culturelle. 

La révolution de 1789 et l’époque moderne

Leo XVI, qui accède au trône en 1774, se révèle incapable de trouver une solution au surendettement de la monarchie et doit convoquer les états généraux en 1788. Les délégués envoyés aux États généraux qui s’ouvrent le 5 mai 1789 outrepassent rapidement les pouvoirs qui leur sont attribués, et s’érigent en une Assemblée nationale constituante qui décide l’abolition des privilèges, adopte une Déclaration des droits de l’homme et du citoyen et proclame la République.

Leo XVI, qui s’était échappé par la mer, échouera dans sa tentative de reprise du pouvoir malgré le soutien de troupes deltanes, et périra le 21 janvier 1793 lors de la bataille navale de Caprica.

Malgré sa naissance chaotique, la République est le plus stable des régimes politiques qu’a connus Gallia. Les républicains mettent peu à peu en place leur projet politique : l’école est rendue gratuite, laïque et obligatoire en 1881-1882, les libertés de presse et de réunion sont accordées en 1881, le divorce et les syndicats sont autorisés en 1884 tandis qu’est instauré le suffrage universel masculin, et les Églises sont séparées de l’État en 1905. Si plusieurs crises politiques se succèdent , la menace principale pour la République vient désormais de l’extérieur, où la guerre apparaît de plus en plus imminente.

Elle se concrétisera avec la Grande Guerre Gécéenne, qui verra une grande partie du territoire gallien occupé assez rapidement, malgré de farouches combats. La résistance acharnée des troupes stationnées à Paname, dont un siège long et cruel échouera à mettre fin, permettra la stabilisation du front au niveau de la Seine. Pendant cette période noire des poches de résistance subsisteront dans le sud envahi, Caprica et Montclair parvenant même à la toute fin de la guerre à se libérer par leurs propres moyens, avant l'arrivée des troupes qui finiront par réaliser une contre -offensive victorieuse.

Depuis la Grande Guerre Gécéenne, la période contemporaine est marquée par des efforts d'unification linguistique et culturelle, par un enrichissement du pays et par une immigration venant de l'ensemble du monde gécéen.

Une période de renouveau commence alors pour Gallia : l’après-guerre voit la création de la Sécurité sociale et le droit de vote accordé aux femmes, tandis que Gallia entame dans le même temps une période de forte croissance économique, qui se poursuit à ce jour.

Dans les années 1970, plusieurs lois actent les mutations de la société gallienne, comme la loi qui légalise l’interruption volontaire de grossesse (IVG), ou l’abaissement de 21 à 18 ans de l’âge de la majorité. En 1981, la République  adopte l’abolition de la peine de mort et le 6 mai 2012, une loi légalisant le mariage homosexuel est adoptée.

Depuis l’après-guerre, la politique étrangère de la République Gallienne est caractérisée par une volonté d’indépendance, ce qui s’est traduit par la mise au point par Gallia d’armes nucléaires en 1966.

Gallia mène une politique active d’aide aux pays en voie de développement, l’aide publique au développement représentant 0,39 % du revenu national brut gallien en 2007, un des taux les plus élevés de Philicie.

Ancien membre de l’Union Philicienne, Gallia s'est posée cependant de plus en plus de questions en ce qui concerne sa permanence au sein de cette organisation internationale, en raison des dérives autoritaires et belliqueuses de certains de ses membres, et l'a finalement quittée le 15/07/2013.

 

 

 

 

 

 

 

X

Economie

 

Balance des ressources issues des villes du pays

  • icone Budget

    5 500

  • icone Industrie

    -165

  • icone Commerce

    1 425

  • icone Agriculture

    -235

  • icone Tourisme

    1 345

  • icone Recherche

    120

  • icone Environnement

    820

  • icone Education

    355

Balance des ressources issues de la carte

Balance totale des ressources

  • icone Budget

    5 500

  • icone Industrie

    -165

  • icone Commerce

    1 425

  • icone Agriculture

    -235

  • icone Tourisme

    1 345

  • icone Recherche

    120

  • icone Environnement

    820

  • icone Education

    355

 

L'économie gallienne se distingue par un profil industriel très marqué. La répartition des secteurs est la suivante :
• secteur primaire : 2,8 % ;
• secteur secondaire : 37,2 % ;
• secteur tertiaire : 60 %.

En 2015, le PIB de la République de Gallia atteint 202.509 millions d'euros et le PIB par habitant 29.445 €. Cette même année, la croissance du PIB s'élève à 3,7 %.

Gallia est une importante destination touristique. Le tourisme balnéaire se concentre principalement sur la ville d’Almadraba, les plages d’Amphoria et la ville médiévale de PykPaname est pour sa part une des métropoles les plus visitées au monde. Dans la région de Montclair, il existe plusieurs stations de ski. 

Les caisses d'épargne ont une grande implantation en Gallia, de même que les banques privées, dont le rang est élevé. 

La Bourse de Paname qui représente, en 2014, près de 205 milliards d'euros d'échange, est une importante place financière. 

La Foire d’Almadraba organise des congrès de caractère international sur les différents secteurs de l'économie.

La principale dépense économique pour les familles galliennnes est l'achat d'une maison. Paname est la ville la plus chère de Gallia, avec un prix moyen de 3.700 € au mètre carré.

L'endettement du pays, avec 41 milliards d'euros de dette en 2015, est peu élévé.

Culture

Le culte de la Raison 

Dans un décor d'inspiration antique, quelques jeunes filles, prêtresses de la philosophie, célèbrent le culte à la déesse "Raison", personnifiée par une jeune femme vêtue d'une tunique drapée et d'un bonnet phrygien.

 

Gallia occupe une place à part dans l'histoire de l'humanité, comme étant le seul Etat qui, par un décret de son assemblée législative, a déclaré que Dieu n'existe pas et dont la vaste majorité de la population, tant dans la capitale qu'en province, les femmes aussi bien que les hommes, a accueilli cette nouvelle par des danses et des chants d'allégresse.

Fondé lors de la Révolution Gallienne, le culte de la Raison est célébré dans les anciennes églises désacralisées, où la déesse Raison incarnée par une jeune femme, est accompagnée du dieu Progrès et des prêtresses de la Philosophie.

Son but est de supprimer les supertistions: il s'agit de fonder « sur les débris des superstitions détrônées la seule religion universelle, qui n'a ni secrets ni mystères, dont le seul dogme est l'égalité, dont nos lois sont les orateurs, dont les magistrats sont les pontifes ».

Figurez-vous ce spectacle ! Une jeune fille de vingt ans placée sur les autels, vêtue de blanc et de rouge, entourée de bandelettes d’or qui voltigent dans l’air ; une jeune fille qu’on adore et devant laquelle on s’incline ; puis portée en procession, entourée d’un cortège de douze femmes, traversant les places publiques au milieu de danses joyeuses du peuple, pour qu’elle puisse constater la destruction des derniers vestiges de l'ancienne religion ! C’est donc l’idole des philosophes, cette jeune fille.

Le culte de la Raison comme fondement de la République Gallienne

Lorsque fut inauguré par l’Assemblée nationale et par les plus hautes autorités civiles et législatives le nouveau culte, les portes de la Convention s’ouvrirent toutes grandes pour livrer passage à une bande de musiciens, à la suite de laquelle les membres du Conseil municipal de Paname entrèrent en procession solennelle, chantant un hymne en l’honneur de la liberté et escortant, comme objet de leur culte futur, une femme voilée dénommée la Déesse de la Raison. Dès qu’elle se trouva dans l’enceinte, on la dépouilla solennellement de son voile et elle prit place à la droite du président. C’est à cette femme, considérée comme le meilleur emblème de la raison qu’ils adoraient, que la Convention nationale de Gallia rendit un hommage public.L’instauration de la Déesse de la Raison fut répétée et imitée dans toutes les parties de Gallia où les habitants voulaient démontrer qu’ils étaient à l’égalité des grandeurs de la Révolution.

L’orateur introduisit le culte de la Raison en ces termes :" Législateurs, le fanatisme a cédé la place à la Raison. Ses yeux ensommeillés n’ont pu soutenir l’éclat de la lumière. En ce jour, une foule immense s’est assemblée sous ces voûtes gothiques qui pour la première fois, ont fait raisonner la vérité. Les Galliens y ont célébré le vrai culte, celui de la liberté, celui de la raison. C’est là que nous avons formulé des souhaits pour la prospérité des vues de la République. Là, nous avons abandonné des idoles inanimées pour la Raison, pour cette image animée, le chef-d'œuvre de la nature". Lorsque la déesse fut amenée devant la Convention, le président la prit par la main et dit en se tournant vers l’Assemblée : « Mortels, cessez de trembler devant le tonnerre sans pouvoir d’un Dieu que vos coeurs ont créés. Ne reconnaissez plus désormais d’autre divinité que la Raison. Je vous offre sa plus noble et sa plus pure image ; s’il vous faut des idoles, n’apportez plus vos hommages qu’à celle-ci... Tombe devant l’auguste Sénat de la Liberté, ô voile de la Raison ! ». Après avoir reçu l’accolade du président, la déesse, montée sur un char magnifique, fut conduite parmi une foule immense, à la cathédrale de Notre-Dame pour remplacer la divinité. Placée sur un autel élevé, elle reçut les adorations de tous ceux présents.

Quelques temps après, on brûla la Bible publiquement, en criant : ‘Vive la Raison !’ et, portant au bout d’un bâton les restes à demi brûlés de livres dont entre autres, les bréviaires, les missels, l’Ancien et le Nouveau Testament, et le président déclara « Ils ont expié dans un grand feu pour toutes les sottises qu’ils ont fait commettre à la race humaine.».

Bien des années plus tard, le Président de la République Emile Chartier, écrira : « Je vois que la Raison est éternelle […], et qu’elle est le vrai Dieu, et que c’est bien un culte qu’il faut lui rendre. […] Les hommes sentent bien tous confusément qu’il y a quelque chose de supérieur, quelque chose d’éternel à quoi il faut s’attacher, et sur quoi il faut régler sa vie. Mais ceux qui conduisent les hommes en excitant chez eux l’espoir et la crainte leur représentent un Dieu fait à l’image de l’homme, qui exige des sacrifices, qui se réjouit de leurs souffrances et de leurs larmes, un Dieu enfin au nom duquel certains hommes privilégiés ont seuls le droit de parler. Un tel Dieu est un faux Dieu.
La Raison, c’est bien là le Dieu libérateur, le Dieu qui est le même pour tous, le Dieu qui fonde l’Égalité et la Liberté de tous les hommes, qui fait bien mieux que s’incliner devant les plus humbles, qui est en eux, les relève, les soutient. Ce Dieu-là entend toujours lorsqu’on le prie, et la prière qu’on lui adresse, nous l’appelons la Réflexion. C’est par la Raison que celui qui s’abaisse sera élevé, c’est-à-dire que celui qui cherche sincèrement le vrai, et qui avoue son ignorance, méritera d’être appelé sage ».

 Le culte de Sol Invictus

Disque dédié à Sol Invictus

Sol Invictus est une divinité solaire apparue sous l'Ancien Régime de Gallia, et qui a connu une grande popularité dans l'armée gallienne.

Le Roi Léo Ier est celui qui lui assure une place officielle à Paname en proclamant que le Soleil invaincu est le patron principal du royaume de Gallia. Il décida d'instaurer un culte commun à tout le Royaume afin de renforcer le lien commun entre les provinces : en effet chaque cité, chaque province, restait attachée aux cultes païens locaux, dont les rites et les formes pouvaient varier considérablement. Ce nouveau culte devait donc être suffisamment neutre pour être accepté par les différentes populations de Gallia.

Il choisit un culte solaire, le Soleil étant censé être universel, le culte de Sol Invictus, le Soleil Invaincu. Léo Ier lui fit édifier à Paname un temple sur le Champ de Mars, créa un collège de Pontifes du Soleil et fit du culte de Sol Invictus une sorte de religion de l'État (et non une religion d'État), auquel se substituera le culte de la Raison après la Révolution gallienne. Cette initiative n'annonce pas le monothéisme, car la nouvelle divinité, loin d'être exclusive des autres, se superposait simplement aux cultes païens, Gallia restant fondamentalement polythéiste. Une grande fête du Soleil Invaincu avait lieu le 25 décembre, soit la date du solstice d'hiver : c'était le Dies Natalis Solis (« Jour de naissance du Soleil »).

Ce nouveau culte, précurseur du culte de la Raison, et comme lui construction intellectuelle savante à visée politique, fut bien accueilli, a provoqué la disparition progressive des cultes païens galliens, et a ralenti fortement la progression du christianisme en terres galliennes, où il fut toujours minoritaire. 

Cette religion du Soleil Invaincu s'adressait davantage aux militaires qu'aux civils, qui ne faisaient guère que suivre le mouvement, et elle fut, de fait, très répandue dans l'armée où elle est restée longtemps très vivace.

Le Roi Léo XIV, fervent adorateur de ce dieu, fera frapper sur les monnaies la légende « Soli Invicto Comiti », « Au Soleil invaincu qui m'accompagne ». C'est lui qui fera du « Jour du Soleil », correspondant au dimanche, le jour du repos hebdomadaire.

 

le jour du repos hebdomadaire

Patrimoine

Liste des monuments

  • image Le palais de Briganconia

    Le palais de Briganconia

    Dernière mise à jour : le 14/12/2015 à 21:26:59

    icone Monuments historiques

    Description : Situ?e ? l'extr?mit? de la digue, dans la partie noble d'Amphoria, cette ancienne r?sidence d'Etat dont le nom d?rive du celte Briga signifiant ? hauteur ?, accueille un festival de jazz fin juillet et un grand festival de musique et de danse en ao?t. Il est aussi le si?ge de l'Universit? internationale d'Amphoria (UIA), dispensant des cours d'?t? ainsi que des cours de langue fran?aise et de culture gallienne pour les ?trangers.

    Visiter
  • image La gare d'Amphoria

    La gare d'Amphoria

    Dernière mise à jour : le 14/12/2015 à 21:21:03

    icone Non recensé

    Description : Gare ferroviaire gallienne mise en service en 1939, dont l'architecture combine les styles hispanique et ? paquebot ?, la gare d'Amphoria est embl?matique du style Art d?co tardif.

    Visiter
  • image Le stade de la Sardine

    Le stade de la Sardine

    Dernière mise à jour : le 14/12/2015 à 21:16:50

    icone Non recensé

    Description : Le stade de la Sardine ou simplement "La Sardine" est le stade du Racing d'Amphoria. Il fut inaugur? le 20 ao?t 1988. Sa capacit? est de 22.222 places.

    Visiter
  • image Le Centre International des Congrès de Montclair

    Le Centre International des Congrès de Montclair

    Dernière mise à jour : le 29/11/2015 à 19:41:18

    icone Non recensé

    Description : Vaste complexe de bâtiments, qui se compose d'un Palais des Congrès surnommé le Cube d'eau et son esplanade, d'un bâtiment administratif surnommé le Globe, d'un centre de presse, d'un embarcadère et d'un héliport.

    Visiter
  • image La gare de Caprica-Ouest

    La gare de Caprica-Ouest

    Dernière mise à jour : le 29/11/2015 à 19:36:13

    icone Non recensé

    Description :

    Visiter
  • image Les Arènes d'Almadraba

    Les Arènes d'Almadraba

    Dernière mise à jour : le 29/11/2015 à 19:02:01

    icone Monuments historiques

    Description : Ville méditérranéenne, Almadraba dispose d'arènes de première catégorie qui accueillent une vingtaine de corridas et courses camarguaises annuelles et diverses manifestations culturelles (concerts, festival d'Almadraba, Grands Jeux romains, Pégoulade, reconstitutions historiques…). En dehors de ces évènements l'édifice accueille des touristes toute l'année, qui ne manquent par ailleurs pas de visiter les échoppes du marché local.

    Visiter
  • image Bourse de Longsanglot

    Bourse de Longsanglot

    Dernière mise à jour : le 29/11/2015 à 18:59:11

    icone Non recensé

    Description : Edifice imposant érigé entre 1868 et 1873, la bourse de Longsanglot, dont la fonction est aujourd'hui purement muséale, est entouré d'une forêt de gratte-ciel abritant les principales firmes et compagnies actives de la ville.

    Visiter
  • image Cath?drale Saint-Marc de Longsanglot

    Cath?drale Saint-Marc de Longsanglot

    Dernière mise à jour : le 29/11/2015 à 18:57:00

    icone Non recensé

    Description : La cath?drale Saint-Marc est situ?e sur la place du m?me nom dans le centre historique de Longsanglot. Elle est accol?e ?? un campanile, dispose de son propre jardin, et elle est class?e au Patrimoine mondial depuis 1982.

    Visiter
  • image Eglise Sainte-Anne de Longsanglot

    Eglise Sainte-Anne de Longsanglot

    Dernière mise à jour : le 29/11/2015 à 18:48:13

    icone Non recensé

    Description :

    Visiter
  • image Palais de Justice de Longsanglot

    Palais de Justice de Longsanglot

    Dernière mise à jour : le 29/11/2015 à 18:45:18

    Description :

    Visiter
  • image Caserne de la gendarmerie nationale de Longsanglot

    Caserne de la gendarmerie nationale de Longsanglot

    Dernière mise à jour : le 29/11/2015 à 18:43:31

    icone Non recensé

    Description :

    Visiter
  • image Mairie de Longsanglot

    Mairie de Longsanglot

    Dernière mise à jour : le 29/11/2015 à 18:34:24

    icone Services publics

    Description :

    Visiter
  • image Basilique et place Saint-Géry

    Basilique et place Saint-Géry

    Dernière mise à jour : le 27/06/2015 à 21:55:21

    icone Monuments historiques

    Description : La place Saint-Géry est une place publique située dans le centre-ville d'Almadraba. Espace créé consécutivement à l'érection de la basilique Saint-Géry, elle est devenue la place principale de la ville.

    Visiter
  • image La base navale

    La base navale

    Dernière mise à jour : le 12/06/2015 à 19:26:17

    Description : Le port militaire d'Almadraba est une importante base navale gallienne dont la création remonte à 1514, lorsque Léo XII y fait édifier la Tour royale aujourd'hui disparue. En ce début de XXIe siècle, il abrite notamment une partie de la force d'action navale, comprenant le porte-avions Leclerc, les bâtiments de projection et commandement (BPC) Mistral, Tonnerre et Dixmude et le transport de chalands de débarquement (TCD) Siroco, ainsi que les six sous-marins nucléaires d'attaque, classe Rubis. La base navale d'Almadraba est soutenue par le groupement de soutien de la base de défense d'Almadraba, créé en 1981.

    Visiter
  • image Les Halles

    Les Halles

    Dernière mise à jour : le 12/06/2015 à 19:10:05

    icone Services publics

    Description : Le Forum des Halles est un centre commercial gallien installé sur le site des anciennes halles de Paname. Il accueille quotidiennement 150.000 visiteurs. Au milieu du XIXe siècle, douze pavillons sont construits par Victor Baltard sur l'emplacement des Halles de Paname. Le marché central de vente en gros est déplacé à Rungis à la fin des années 1960 et les pavillons Baltard sont détruits, laissant un « trou » au centre de Paname durant quelques années, puis le Forum est construit et inauguré en 1979. Dans les années 2010, le site est totalement rénové, avec comme principale innovation architecturale, sa couverture par une Canopée faite de verre et de métal conçue par Patrick Berger et Jacques Anziutti.

    Visiter
  • image Saint-Basile-le-Bienheureux et Vladimir

    Saint-Basile-le-Bienheureux et Vladimir

    Dernière mise à jour : le 09/06/2015 à 21:12:45

    Description : Réplique de l'édifice moscovite de même nom, la construction de la Cathédrale Saint-Basile-le-Bienheureux fut financée par de très nombreux citoyens d'origine russe dans le cadre d'une souscription nationale. Face à elle, l'église Vladimir est érigée au milieu d'un étang où les habitants de Caprica aiment à venir faire du canotage

    Visiter
  • image La tour Saint-Jacques

    La tour Saint-Jacques

    Dernière mise à jour : le 07/06/2015 à 22:07:34

    icone Non recensé

    Description : La tour Saint-Jacques est une tour isolée, dressée au milieu d'un square qui porte son nom, dans le 4e arrondissement de Paname. La tour Saint-Jacques constitue le seul vestige de l'église Saint-Jacques-de-la-Boucherie, dédiée à saint Jacques le Majeur. Ce sanctuaire possédait une relique de saint Jacques et était un lieu de pèlerinage réputé. Ce clocher-tour est construit entre 1509 et 1523 et mesure 54 mètres jusqu’à la balustrade. La tour Saint-Jacques appartient à la Ville de Paname qui l'a acquise en 1836. La tour fait l’objet d’un classement au titre des monuments historiques par la liste de 1862.

    Visiter
  • image La colonne Vendôme

    La colonne Vendôme

    Dernière mise à jour : le 31/05/2015 à 22:08:32

    icone Non recensé

    Description : La colonne Vendôme qui se trouve au centre de la place du même nom fut érigée par Corcégo 1er à la gloire des armées galliennes. Au fil des années, elle reçut le nom de colonne de la Victoire avant de devenir colonne de la Grande Armée. Elle est communément appelée colonne Vendôme. Elle est classée au titre des Monuments Historiques depuis le 31 mars 1992.

    Visiter
  • image La Colonne du Palmier

    La Colonne du Palmier

    Dernière mise à jour : le 30/05/2015 à 21:08:08

    icone Non recensé

    Description : Cette fontaine fut commandée en 1806 par Corsego Ier à son ministre de l'intérieur pour commémorer ses victoires. Terminée en 1808, elle a la forme d'une colonne ornée au sommet de feuilles de palmiers, d'où son nom. Son fût porte une liste des victoires de Corsego Ier. Elle est surmontée d'une Victoire en bronze doré brandissant les lauriers de la victoire. La fontaine du Palmier est inscrite monument historique depuis le 5 février 1925.

    Visiter
  • image La Tour Eiffel

    La Tour Eiffel

    Dernière mise à jour : le 06/04/2015 à 16:56:32

    icone Non recensé

    Description : La tour Eiffel est une tour de fer puddlé de 324 mètres de hauteur (avec antennes) située à Paname, à l’extrémité nord-ouest du parc du Champ-de-Mars en bordure de la Seine dans le 7e arrondissement. Construite par Gustave Eiffel et ses collaborateurs pour l’Exposition universelle de Paname de 1889, et initialement nommée « tour de 300 mètres », ce monument est devenu le symbole de la capitale gallienne, et un site touristique de premier plan.

    Visiter
  • image L’opéra Bastille

    L’opéra Bastille

    Dernière mise à jour : le 07/03/2015 à 0:01:44

    icone Non recensé

    Description : Situé sur la place de la Bastille, l’opéra Bastille est une salle d’opéra moderne conçue par Carlos Ott et inaugurée en 1989 à l'occasion des festivités du bicentenaire de la Révolution dans le cadre des grands travaux pour Paname. C’est avec l’opéra Garnier l’une des deux salles constituant l'opéra de Paname.

    Visiter
  • image La Colonne de Juillet

    La Colonne de Juillet

    Dernière mise à jour : le 06/03/2015 à 23:46:24

    icone Non recensé

    Description : Située sur la place de la Bastille, la Colonne de Juillet a été érigée en 1833 par Alavoine à la gloire des citoyens qui combattirent pour la défense des libertés publiques. Elle repose sur un soubassement dans lequel sont installés les restes de plus de 500 victimes de la Révolution. A son sommet, le Génie de la Liberté, en bronze doré, est l'oeuvre de Dumont.

    Visiter
  • image Le Stade de Gallia

    Le Stade de Gallia

    Dernière mise à jour : le 03/03/2015 à 19:15:47

    icone Non recensé

    Description : Le Stade de Gallia est le plus grand stade gallien avec 81.338 places en configuration football/rugby. Il se situe dans le quartier de la Plaine Saint-Denis, dans la proche banlieue nord de Paname, et a été conçu pour accueillir différents événements sportifs : football, rugby, athlétisme, courses automobiles. Il peut également abriter des concerts, des grands spectacles et des animations.

    Visiter
  • image L'Hôtel de ville de Paname

    L'Hôtel de ville de Paname

    Dernière mise à jour : le 26/02/2015 à 21:37:03

    icone Non recensé

    Description : L'hôtel de ville de Paname héberge les institutions municipales de Paname depuis 1357, et est situé dans le 4ᵉ arrondissement. Véritable palais dessiné par l'architecte italien Boccador, le bâtiment actuel à la façade de style néorenaissance, a vu sa construction débuter en 1533 et s'achever en 1628.

    Visiter
  • image Le Temple de la Raison

    Le Temple de la Raison

    Dernière mise à jour : le 22/02/2015 à 11:17:27

    icone Monuments historiques

    Description : Le Temple de la Raison se situe sur la place de la Madeleine dans le 8e arrondissement de Paname. Il constitue une parfaite illustration du style architectural néoclassique avec son portique octostyle. L'édifice a une longueur de 108 mètres, une largeur de 43 mètres, une hauteur de 30 mètres et est ceinturé par 52 colonnes corinthiennes. Ce site est desservi par la station de métro Madeleine.

    Visiter
  • image L'Arc de Triomphe

    L'Arc de Triomphe

    Dernière mise à jour : le 18/02/2015 à 22:04:16

    icone Non recensé

    Description : L’arc de triomphe de l’Étoile souvent appelé simplement l'Arc de Triomphe, construit de 1806 à 1836, est situé à Paname dans le 8e arrondissement, sur la place de l’Étoile, à l’extrémité ouest de l’avenue des Champs-Élysées, à 2,2 kilomètres de la place de la Concorde. Haut de 50 mètres, large de 45 mètres et profond de 22 mètres, il est géré par le Centre des monuments nationaux. La hauteur de la grande voûte est de 29,19 mètres et sa largeur de 14,62 mètres. La petite voûte, mesure 18,68 m de haut et 8,44 m de large.

    Visiter
  • image L'opéra Garnier

    L'opéra Garnier

    Dernière mise à jour : le 15/02/2015 à 23:36:12

    icone Non recensé

    Description : L’Opéra Garnier, ou Palais Garnier, est un des édifices structurants du 9e arrondissement de Paname et du paysage de la capitale gallienne. Situé à l'extrémité de l'avenue de l'Opéra, près de la station de métro du même nom, l'édifice s'impose comme un monument particulièrement représentatif de l'architecture éclectique et du style historiciste de la seconde moitié du XIXe siècle.

    Visiter
  • image L'esplanade des Invalides

    L'esplanade des Invalides

    Dernière mise à jour : le 15/02/2015 à 19:55:07

    icone Non recensé

    Description : L'esplanade des Invalides est un vaste espace vert panaméen créé au début du XVIIIe siècle. Située entre la place des Invalides et le quai d'Orsay, elle met en valeur la façade nord de l'hôtel des Invalides, monument dont la construction fut ordonnée par Leo XIV par l'édit royal du 24 février 1670, pour abriter les invalides de ses armées. Aujourd'hui, il accueille toujours des invalides, mais également plusieurs musées et une nécropole militaire. Ce site est desservi par les stations de métro Invalides, Varenne et La Tour-Maubourg, nom que porte le square bordant l'aile ouest de l'hôtel des Invalides.

    Visiter
  • image Cathédrale Notre-Dame

    Cathédrale Notre-Dame

    Dernière mise à jour : le 21/04/2014 à 15:30:43

    icone Monuments historiques

    Description : La cathédrale Notre-Dame de Paname est la cathédrale de l’archidiocèse catholique de Paname. Elle est située sur la moitié Est de l’île de la Cité, dans le quatrième arrondissement de Paname. Sa façade occidentale domine le parvis Notre-Dame. La construction s’étant étendue sur de nombreuses décennies (deux siècles), le style n’est pas d’une uniformité totale : elle possède ainsi des caractères du gothique primitif (voûtes sexpartites de la nef) et du gothique rayonnant. Les deux rosaces qui ornent chacun des bras du transept sont parmi les plus grandes de Philicie, et mesurent chacune 13 mètres de diamètre.

    Visiter
  • image Le Longsanglot Arena

    Le Longsanglot Arena

    Dernière mise à jour : le 30/03/2014 à 18:23:31

    icone Non recensé

    Description : Ce stade couvert abrite la plus grande salle de hockey sur glace de Gallia. Il peut accueillir 40.500 spectateurs, et sert pour les matches à domicile de l'équipe des Dragons de Longsanglot. D'autres événements, comme des concerts donnés par Billy Joel, Céline Dion ou encore les "Trois ténors" José Carreras, Plácido Domingo, et Luciano Pavarotti s'y sont tenus.

    Visiter
  • image Le stade Michel Platini

    Le stade Michel Platini

    Dernière mise à jour : le 30/03/2014 à 18:13:54

    icone Non recensé

    Description : Le stade Michel Platini accueille les matchs du Standard de Longsanglot. Ce stade est communément appelé l'« Enfer de Longsanglot » en raison de l'ardeur des supporters qui s'y regroupent pour manifester leur soutien aux joueurs. Sa capacité est de 50.000 places dont 4.000 places VIP.

    Visiter
  • image L'Obélisque de la Liberté

    L'Obélisque de la Liberté

    Dernière mise à jour : le 10/12/2013 à 20:18:23

    icone Non recensé

    Description : Ce monument rend hommage aux héros et hommes illustres de Philicie.

    Visiter
  • image Le cimetière de Montclair

    Le cimetière de Montclair

    Dernière mise à jour : le 10/12/2013 à 19:20:12

    icone Non recensé

    Description :

    Visiter
  • image L'Assemblée Nationale

    L'Assemblée Nationale

    Dernière mise à jour : le 23/11/2013 à 19:50:59

    Description :

    Visiter
  • image Le canal Saint-Martin

    Le canal Saint-Martin

    Dernière mise à jour : le 23/11/2013 à 19:42:28

    Description : Le canal Saint-Martin est un canal de 4,55 km de long situé entièrement dans les 10e et 11e arrondissements de Paname. Il relie le bassin de la Villette – et au-delà le canal de l'Ourcq – au port de l'Arsenal (le port de plaisance de Paname) qui communique avec la Seine. C'est un canal de petit gabarit destiné, à l'origine, à l'adduction d'eau potable dans la capitale. Inauguré en 1825, il comporte neuf écluses et deux ponts tournants pour une dénivellation totale de 25 m.

    Visiter
  • image Le mémorial de la Résistance

    Le mémorial de la Résistance

    Dernière mise à jour : le 23/11/2013 à 17:31:16

    icone Non recensé

    Description :

    Visiter
  • image Le Palais de Justice Emile Zola

    Le Palais de Justice Emile Zola

    Dernière mise à jour : le 23/11/2013 à 17:08:58

    icone Non recensé

    Description :

    Visiter
  • image L'Opéra André-Ernest-Modeste Grétry

    L'Opéra André-Ernest-Modeste Grétry

    Dernière mise à jour : le 23/11/2013 à 17:06:26

    icone Non recensé

    Description :

    Visiter
  • image Cathédrale Saint-Lambert

    Cathédrale Saint-Lambert

    Dernière mise à jour : le 23/11/2013 à 9:55:56

    icone Non recensé

    Description :

    Visiter
  • image La Mairie d'Almadraba

    La Mairie d'Almadraba

    Dernière mise à jour : le 23/11/2013 à 9:47:24

    icone Non recensé

    Description : La mairie d’Almadraba est l'institution qui dirige la ville. Ses dépendances sont situées dans l'ancien casino de la ville, construit en 1887 dans les jardins d’Alderdi-Eder.

    Visiter
  • image Le Palais Kursaal

    Le Palais Kursaal

    Dernière mise à jour : le 22/11/2013 à 23:23:09

    icone Non recensé

    Description : Le Palais Kursaal ou Palais des Congrès et Auditorium Kursaal est un complexe architectural constitué d'un grand auditorium, une grande salle de chambre, salles polyvalentes et salles d'expositions. Il a été inauguré en 2019, et est, depuis lors, le siège principal du Festival du Cinéma d'Almabraba.

    Visiter
  • image La Porte de l'Europe

    La Porte de l'Europe

    Dernière mise à jour : le 22/11/2013 à 23:07:38

    icone Non recensé

    Description : Cet ensemble constitué de deux tours à usage de bureaux appelé également Tours Kio en raison du nom de leur promoteur, l'entreprise koweïtie Kuwait Investments Office, marque l'entrée de l'avenue de Castille, artère principale d'Almadraba. Les tours, inclinées l'une vers à l'autre avec un angle de 15°, hautes de 114 mètres et comptant 26 étages, ont été conçues par les architectes américains Philip Johnson et John Burgee et ont été construites en 2016.

    Visiter
  • image Gare d'Austerlitz

    Gare d'Austerlitz

    Dernière mise à jour : le 22/11/2013 à 22:28:00

    Description :

    Visiter
  • image Le Grand Stade

    Le Grand Stade

    Dernière mise à jour : le 22/11/2013 à 20:26:14

    icone Services publics

    Description :

    Visiter
  • image Basilique Saint-Alexandre-Nevsky

    Basilique Saint-Alexandre-Nevsky

    Dernière mise à jour : le 21/11/2013 à 21:07:09

    icone Non recensé

    Description : Bâtiment le plus ancien de la place des Trois Eglises dans le quartier russe de Caprica, elle est rattachée à l'Archevêché des Églises orthodoxes russes en Occident (Exarchat russe)

    Visiter
  • image Le Temple du Ciel

    Le Temple du Ciel

    Dernière mise à jour : le 21/11/2013 à 17:08:48

    icone Non recensé

    Description : Important complexe au cœur du quartier chinois, il contient de nombreux temples et jardins, dont l'architecture reprend la thématique du ciel et de la terre.

    Visiter
  • image La Porte Jaune

    La Porte Jaune

    Dernière mise à jour : le 21/11/2013 à 17:03:00

    icone Non recensé

    Description :

    Visiter
  • image La Chapelle Saint-Paul

    La Chapelle Saint-Paul

    Dernière mise à jour : le 21/11/2013 à 16:39:19

    icone Non recensé

    Description : La chapelle Saint-Paul est un édifice religieux qui se trouve au sud de Caprica. Elle appartient à la paroisse de l'église de la Trinité, l'église voisine dont elle dépend. Construite au XVIIIe siècle, cette chapelle constitue la plus ancienne église de Caprica encore debout. Comme son nom l'indique, elle est placée sous le patronage de saint Paul. Dans la deuxième moitié du xxe siècle, le secteur entourant la chapelle se transforme en quartier d'affaires avec des dizaines de gratte-ciel.

    Visiter
  • image L'Église de la Trinité

    L'Église de la Trinité

    Dernière mise à jour : le 21/11/2013 à 16:35:29

    icone Non recensé

    Description : Conçue dans un style néogothique, elle a longtemps dominé le panorama urbain du sud de Caprica. Malgré la construction de nombreux gratte-ciels autour d'elle, l'Église de la Trinité reste un lieu de culte et de méditation important, et a su préserver son parc et son cimetière. Ce dernier où des personnalités de premier plan sont enterrées, est entouré par une grille et une haie. Il comprend environ 100 tombes. Il cotoie un monument funéraire en marbre et reste le dernier cimetière encore utilisé dans le district financier de Caprica.

    Visiter
  • image La gare de Derry

    La gare de Derry

    Dernière mise à jour : le 29/09/2013 à 20:59:22

    Description :

    Visiter
  • image L'église Saint-Oyand

    L'église Saint-Oyand

    Dernière mise à jour : le 31/08/2013 à 16:47:50

    Description : Cette église du centre-ville est construite en partie par-dessus une chapelle du vie siècle dédiée à Saint Oyand, lui conférant ainsi le statut de crypte Saint Oyand.

    Visiter
  • image Alcázar d'Aguilar

    Alcázar d'Aguilar

    Dernière mise à jour : le 26/08/2013 à 16:24:10

    Description : Palais fortifié alliant des qualités militaires et d'agrément, ses jardins font maintenant la joie des touristes.

    Visiter
  • image Citadelle de Peyrepertuse

    Citadelle de Peyrepertuse

    Dernière mise à jour : le 26/08/2013 à 16:21:22

    Description :

    Visiter
  • image Cathédrale de Quéribus

    Cathédrale de Quéribus

    Dernière mise à jour : le 26/08/2013 à 16:15:14

    Description :

    Visiter
  • image  La Grande Mosquée de Derry

    La Grande Mosquée de Derry

    Dernière mise à jour : le 29/07/2013 à 23:51:46

    Description : À l'origine pavillon oriental de l'Exposition internationale de Derry de 1880, aujourd'hui lieu de culte, la Grande Mosquée de Derry accueille également une école et un centre de recherche islamique dont les objectifs sont de faire connaitre la foi musulmane. Le centre dispense aussi des cours d'arabe aux adultes et aux enfants, ainsi que des initiations à l'islam.

    Visiter
  • image La Statue de la Liberté

    La Statue de la Liberté

    Dernière mise à jour : le 28/07/2013 à 12:40:32

    Description : L'Île de la Liberté est une petite île inhabitée de la baie supérieure, partie septentrionale de la baie de Caprica, sur laquelle a été érigée la Statue de la Liberté. Sa superficie est de 6 hectares. Elle est uniquement accessible au public par ferry

    Visiter
  • image Département de l’Éducation de la Ville de Caprica

    Département de l’Éducation de la Ville de Caprica

    Dernière mise à jour : le 28/07/2013 à 12:36:23

    icone Non recensé

    Description :

    Visiter
  • image Cité administrative de Caprica

    Cité administrative de Caprica

    Dernière mise à jour : le 28/07/2013 à 12:33:51

    icone Non recensé

    Description :

    Visiter
  • image Hôtel de ville de Caprica

    Hôtel de ville de Caprica

    Dernière mise à jour : le 28/07/2013 à 12:28:25

    icone Non recensé

    Description :

    Visiter
  • image Palais de Justice de Derry

    Palais de Justice de Derry

    Dernière mise à jour : le 27/07/2013 à 0:16:47

    Description :

    Visiter

 

Projets intercontinentaux

visites

Visites

  • Monsieur Matt Lewis

    Premier Ministre d'Australia
    Le 23/08/2013 à 19:00:30

    Nous voudrions vous rencontrer dans votre pays, dans la ville de votre choix le 26 août si cela est possible, nous espèrons arriver à des accords utiles entre nos deux pays.

     

    Cordialement Manon Kent, Présidente Impériale de Goldcity.

    Afficher son profil
  • Madame Aurelia Sato

    Premier Ministre
    Le 24/07/2013 à 19:09:18

    Tu as une belle présentation 

    Afficher son profil
  • Monsieur Matt Lewis

    Premier Ministre d'Australia
    Le 03/07/2013 à 1:33:22

    Très belle présentation (je sais plus si je te l'ai dis ou pas )

    Afficher son profil
  • Monsieur Jean Marcham

    Président
    Le 02/07/2013 à 22:55:42

    Nous serons présents ! Nous serions ravis de contribuer à ce projet !

    Afficher son profil
  • Monsieur William Sylvia

    Pr
    Le 02/07/2013 à 22:40:08

     

    Le géant de l'aéronautique Philicienne et mondiale PADS serait ravi de participer à ce projet. Bien sûr, nous vous laissons le choix. 

    Afficher son profil
  • Monsieur Cuco

    Président de la République gallienne
    Le 02/07/2013 à 22:20:48

    Merci pour le commentaire Mr le 1er Triumvir ! 

     

    Mr le Président de la République Brocélienne,

    Cher Jean Marcham,

    C'est avec un grand plaisir que Gallia vous invite pour une visite d'Etat ce 15/07 à Paname. Cette rencontre pourra, comme vous le souhaitez, envisager les moyens d'améliorer notre coopération dans les domaines de l'armement et de l'aéronautique. 

    Concernant ce dernier point, Gallia qui envisage la construction d'un avion civil supersonique, serait ravie de conclure un accord commercial entre les constructeurs de nos deux Etats en vue de la réalisation en commun de ce projet, déjà bien avancé, ainsi qu'il ressort de l'image suivante:

    Afficher son profil
  • Le Tr�s honorable Karl Silver Stone

    Président
    Le 30/06/2013 à 22:04:40

    Tout est beau dans ce pays ^^

    Belle présentation en tout cas !

    Afficher son profil
  • Monsieur Jean Marcham

    Président
    Le 30/06/2013 à 20:55:20

    Cher Président de la République Gallienne,

    Suite aux évenements survenus récemment, nous souhaiterions un entretien privé entre nos deux gouvernement d'ici peu afin d'établir des mesures commununes de stabilité politique économique et miltaire.

    Nous souhaiterions égalament un traité commercial dans le domaine de l'aéronautique et de l'armement.

    Afficher son profil
  • Monsieur Matt Lewis

    Premier Ministre d'Australia
    Le 07/06/2013 à 21:27:43

    Oups désolé

    Afficher son profil
  • Monsieur Cuco

    Président de la République gallienne
    Le 07/06/2013 à 20:55:57

    Salut locko,

    Effectivement il manque la RIG: à l'époque de la rédaction de ce texte, ce pays n'existait pas encore.

    Quant au second millénaire locko, il a commencé le 1er janvier 1001 et s'est achevé le 31 décembre 2000. 

     

     

    Afficher son profil
de 1 à 10 sur 12